Genèse

Tout commence au Québec : le modèle de coopérative funéraire y fait ses preuves depuis presque 80 ans.

Coopérative funéraire des Deux Rives | LinkedIn

D’abord créées en 1942 pour permettre aux familles modestes d’accéder à des funérailles dignes, les coopératives funéraires ont constitué un rempart à l’arrivée massive de fonds de pension américain dans le secteur funéraire canadien dans les années 90.  Le Québec était en train de perdre un pan de son économie et subissait une montée en flèche du prix des funérailles. Pour contrer ce phénomène, la Fédération des coopératives funéraires décida de procéder elle-même à des acquisitions. Elle augmenta ainsi considérablement son influence sur le marché.

Les coopératives funéraires au Québec ont fait chuter les prix de 30% en une génération dans un contexte de hausse constante. Elles sont devenues un acteur majeur du secteur funéraire avec 200.000 membres, 11.000 familles bénéficiaires par an et 600 salariés pour 19 coopératives.

 En 2004, les bénéficiaires d’une coopérative déboursaient en moyenne 3.677 $ pour leurs funérailles tandis que les autres québécois dépensaient 6.325 $.  

Au Royaume Uni 25% des familles touchées par un décès ont fait confiance à une coopérative, ils sont 30% en Suède et 25% en Colombie.

Inspirée du modèle québécois, la première Coopérative Funéraire Française a vu le jour à Nantes en 2016 et fait ses preuves

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-1.png

Après avoir découvert l’existence de la coopérative funéraire de Québec, l’actuelle présidente de Nantes se lance dans le projet de création d’une coopérative funéraire accompagnée de 2 autres femmes issues de différents domaines professionnels. Elles étaient alors convaincues qu’il était possible d’inventer une entreprise de services funéraires qui soit le reflet de leurs idéaux en matière de funérailles.  Le collectif s’est élargi et a décidé d’agir et de fonder en janvier 2015 l’ACFF (Association pour des Coopératives Funéraires Françaises), première étape vers la création de la Coopérative Funéraire de Nantes.

Ses ambitions : donner naissance à la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) de Nantes et promouvoir le modèle coopératif en France.

A ce jour, après quatre années d’activité, la coopérative de Nantes est constituée de 5 salariés à temps partiels, compte 900 membres et a organisé 350 funérailles.

L’essaimage se poursuit avec Rennes

Après avoir passé 6 mois au sein de la coopérative funéraire de Québec en 2016, la fondatrice de la coopérative funéraire de Rennes se forme au funéraire en 2017, forme un collectif de 15 personnes fin 2018, et ouvre la Coopérative Funéraire de Rennes en 2019.

Sur la première année, ce sont 53 convois qui ont été organisés par la Coopérative de Rennes et 230 membres y ont adhéré.

… puis Dijon, Bordeaux et Tulle

3 nouvelles coopératives ont vu le jour en 2020 et début 2021.

15 projets sont en cours de réflexion sur le territoire français.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-2.png

Les particuliers reprennent la maîtrise de leur industrie funéraire grâce au modèle coopératif . Il répond à un besoin de se réapproprier cette étape de notre vie et de demeurer maître de nos institutions.